Tottori: Le désert japonais

Un voyage dans la nature : Lorsque nature se rencontre avec le sable et la mer

Hein? Desert au Japon? Sa existe? Oui vous avez bien lu. Le Japon est l’archipel des richesses et surprises. Ce pays nous cesse de nous surprendre avec sa culture, ses avancées technologiques que par sa diversité géographique (et des catastrophes naturelles aussi).

Tottori (la ville) se situe dans la prefecture Tottori localiser au sud-est du Japon. C’est une ville assez agréable et connu principalement pour ses dunes qui s’étalent sur 16 km au bord de la mer du Japon avec une hauteur de 50 metres approximativement. Une ville charmante mais qui malheureusement comme certaines villes au Japon deviennent un peu des villes fantômes. La population a majorité âgée ou les jeunes quittent pour faire des etudes supérieurs dans d’autre prefectures et pour de meilleurs opportunités de travail. Ainsi de longue allée dans le centre ville ou on peut remarquer des magasins vides ou abandonnés. Pour combattre ce phénomène, la ville essaye d’attirer les touristes et offres des bon plans a des budgets très affordable. Un taxi a disposition pour 2000 yen (16.5 euro) par passager pour une durée de trois heures ! Pour bénéficier de cette offre, il suffit juste de se rendre dans le centre d’information situer un peu partout mais se trouve en general dans les grandes stations de trains.

Avec un temps limitée, et pleins de spots a visiter, une selection s’impose et le taxi-man nous a donne des conseils. Que mieux qu’un conseil d’un local?

Destination les dunes de sables ! Il y a pas mal d’activités une fois sur place, une balade en chameau, marché tout au long, il y avait meme des gens qui faisaient du parapente… Il faisait certes pas très beau, mais la vue en valait la chandelle de monter sur la grande dune pour avoir une vue magnifique sur la mer du Japon.

Une visite dans le musée de sable. C’est une des particularités de la region. Chaque année un theme different et des pays différents sont à l’honneurs et des artistes des quatre coin du monde se réunissent pour faire des sculptures en sable ! Pour plus de details visitez leur site web: http://www.sand-museum.jp/en/. L’année 2019, les pays scandinaves ont été a l’honneur. Des légendes, tableaux, symboles sont illustrés dans ces grandes sculptures. Regardez moi le detail et la precision au millimetre pres ! Et avec du sable en plus.

Et on cloture notre journée avec un matcha (thé japonais) dans le Kannon avec une vue sur un paysage tout vert et un jardin typiquement japonais. Un monument et heritage qui a connu des modifications des transitions depuis sa construction en 1632.

Takes only memory
Leave only footprints

C.Z

Oh Corona! On va tous mûrir

Coronavirus, ou alias C​ovid-19, est le thème d’actualité par excellence ou petit et grand en parlent, suivent l’évolution méticuleusement et et appliquent à la lettre les consignent du gouvernement et ceci à l’échelle international !

Rappelons que le premier cas a été divulgué par les autorités chinoises vers le 17 Novembre 2019 dans la ville de Wuhan. La propagation a été rapide, on entendait les cas montées en flèche, c’était plus des additions mais plutôt une multiplication de nombres de personnes affectées. La ville a été mise en quarantaine, personne ne comprenait ce qui se passé réellement, la propagation dans les pays augmentait de manière exponentielle, les choses devenaient de plus en plus sérieuse. Du jour au lendemain, on passait d’un pays qui avait un cas, a un pays qui se retrouve avec 100 et ainsi de suite. Chaque pays a appliqué des mesures de sécurités et de réglementations pour se protéger qui lui sont propres.

En février 2020, le Japon a été le deuxième-troisième pays le plus affectés après la Chine. Mais grâce aux mesures strictes qui sont rentrées en vigueurs, la propagation s’est réduite, et du jour au lendemain des pays tel que l’Italie, les Etats-Unis sont montés en puissance de personnes affectés et le Japon ne se retrouve plus dans le top 10. Ce que le Japon a appliqués comme règle disons que de un, tout le monde porte un masque. Un masque peut ne pas te protéger à 100% mais il protège les gens autours de toi. Ainsi si je tousse, le virus ne va pas se propager. Ainsi en protégeant les autres, je me protège aussi. Les règles d’hygiène ont été instauré: de l’alcool spray pour se laver les mains à l’entrée de station, de centre commercial… Le gouvernement encourage les entreprises d’adopter le travail à distance. Les compagnies ont adopté un système de travail plus flexible qui consiste a un intervalle d’heures de début/fin pour éviter les heures de pointes. Généralement les horaires de travails sont de 9h à 18h. Certaines compagnies autorisent leur employés de venir entre 8h-11h pour éviter justement ces horaires de pointes. Tout les événements ont été annulés. Les écoles, universités ont été arrêtés aussi ainsi de suite. Mais malgré cela, sa reste à priori ‘soft‘ comme mesure même si l’état a déclaré l’état d’urgence en comparant à d’autre pays qui sont dans le confinement totale. Au Japon, à cause de la législation, il y a pas de décret qui permet d’interdire aux citoyens de sortir sous peine d’amande ou d’emprisonnement . Ainsi le gouvernement ‘sollicite‘ ses citoyens de ne sortir qu’au cas de nécessités et d’éviter toute sorties non nécessaires. Certains pays se voient un peu plus stricts en interdisant toute sortie et au cas de sortie, d’être muni d’un justificatif et de limiter tout déplacement. Le teleworking et le e-learning sont devenu du jours au lendemain monnaie courante. D’autres pays tel que le Panama se voit beaucoup plus original en divisant les jours de semaine par gendre. Je m’explique: le lundi, le mercredi et le vendredi sont les jours de sortie pour les femmes, et le reste de la semaine pour les hommes . Et le dimanche, tout le monde reste chez soi. Et, dans tous les cas, la permission ne s’implique que deux heures par jour maximum.

A l’heure actuelle, WHO (l’organisme mondial de la sante) a déclaré que le Cov-19 est devenu une pandémie, avec plus de 1.7 millions cas affectés dont plus de 100000 morts ou aucun pays n’est épargnés . Certaines villes sont devenu fantômes, des aéroports sont désertés, les rayons de supermarché vidés. Digne d’un film d’horreur ou chacun reste chez lui, enfermés.

Haneda airport, le cinquième mondiale

Et bizarrement, c’est dans des moments difficiles, que tout le monde évite tout contact physique, c’est là aussi que l’humanité renaît. C’est une prise de conscience de ce qui importe réellement, parfois on a pris tellement de choses pour acquis, que se priver nous permet de nous rendre compte des plaisirs des petites choses de la vie quotidienne. Se promener dans un parc, aller au coiffeur, discuter avec des amis autour d’un café. Mais aussi une prise de conscience que le travail peut se faire à distance, ainsi que l’éducation. Passer plus de temps ensemble, cohabiter et faire même connaissance avec certains membre de sa famille qu’on voyait presque plus ! Cet arrêt de déplacement de l’homme et des usines a permet aussi à la terre de respirer. L’Inde qui est connu d’être un pays ayant l’air le plus pollué au monde se retrouve avec un ciel bleu et l’air plus respirable et, pour la premiere fois depuis des décennies, de voir l’Himalaya. Des habitants parisien ont été surpris d’entendre le chant des oiseaux pourtant l’association des oiseaux a assuré qu’ils ont toujours été là, mais la ville est tellement bruyante, qu’on s’y aperçoivent plus de ces petits choses qui peuvent embellir notre quotidien. On est tellement occuper à courir, à prendre un moyen de transport, de stresser pour tel meeting, pour tel tache non encore effectué, qu’on oublie de s’arrêter, de voir à droite, et à gauche, d’apprécier notre paysage et notre présent.

L’Himalaya vu de l’Inde. https://www.goodnewsnetwork.org/himalayan-mountaintops-visible-for-first-time-in-30-years/

On apprends que les vrai guerriers ne sont pas ceux qui vont combattre à la guerre pour opter des vies, mais plutôt ceux qui risquent leur vie pour sauver d’autre vie, d’être au services des autres. Des voisins solidaires qui se rencontrent dans leur balcon pour combattre la solitude et s’encouragent mutuellement, des collectes pour aider son prochain, l’esprit de partage et l’humanité renaît à une époque où l’homme est devenu égocentrique. On fait un break et une prise de conscience de ce qui importe véritablement. Parfois on oublie de nous poser cette question, tellement on est au cœur du cyclone nommé routine, programmé à se réveiller à tel heure, de faire tel tache puis de dormir à tel heure. Or cette question, quels sont nos priorités, qu’est ce qui nous rend heureux ou qui nous rend heureux, nous permet de réfléchir et nous remettre en question.

Le beau temps est de retour, les fleurs fleurissent, la vie continue avec un espoir d’un avenir meilleur.

Je crois a une époque pre-Corona et post-Corona. On pleurera nos morts, nos pertes mais une prise de conscience nous reveille, et on appréciera toute ces petites choses banales mais primordiales. On remettra en cause nos principes, nos priorites et etre reconnaissant pour tout ce qu'on avait/a.
Un dimanche avec la neige et Sakura. Tokyo avril 2020

Ce que j’ai un appris de mon voyage solo

Oser, ou ne pas oser ? Telle est la question qu’on se pose avant qu’on se lance dans un voyage, surtout pour une personne qui n’a jamais voyagé seule.

 Comme un ami m’a dit une fois, le meilleur voyage se trouve en soi-même. Et j’avais besoin de ça. De me retrouver. Je pense qu’avec tous ces nouveaux technologies on est toujours connecté et on se retrouve jamais seul avec soi-même pour laisser nos esprits errés. En cherchant pour Cambodge, je suis tombé amoureuse de Siem Riep, et je voulais absolument visiter Ankor Wat.

Je sais pas comment vous voyez cette photo, certes c’est une photo ordinaire, un arbre qui a poussé en milieu de ruine. Qu’y a-t-il de bien extraordinaire me dira-t-on. Mais pour moi c’est comme, c’était un terrain, et puis au XII ème siècle, une civilisation a transformé cet espace en construisant le plus grand sanctuaire religieux au monde. Une civilisation a vécu, et puis pour des raisons mystérieuses, les édifices sont restés témoignant de la grandeur de cette civilisation disparue aujourd’hui. Et puis, c’est la nature qui reprend ce qui lui appartient, qui repousse dans ces ruines. Une sorte de reconnaissance.

Voir cette photo, je sais pas comment l’expliquer mais c’était comme un déclic, je voulais être là-bas, faire du yoga, être dans la verdure, découvrir une ancienne civilisation que malheureusement je n’ai jamais entendue parler (shame on me !).

J’avais beaucoup hésité et après je me suis dit la meilleure façon c’est de se lancer, de se jeter à l’eau ! Et honnêtement, je regrette pas. Le plus difficile reste toujours le premier pas et une fois les pieds dans l’eau on se dit, mais pourquoi j’hésitais !

La ou je résidais, j’ai rencontré un couple belge avec leurs deux enfants qui m’ont beaucoup impacté. Pour faire court, c’est un couple qui a fait une année sabbatique (ils ont tous les deux suspendus leur travail pendant une année mais une fois cette année finie, ils pourraient retrouver leur travail. Leurs appartements ils la loue ce qui leur permet de faire ce voyage en Asie avec leurs deux filles âgées de 12 ans et 8 ans). Pour moi, la Marocaine, ça me dépassé. Je n’avais jamais envisagé pouvoir voyager pendant une année avec ma famille. La première chose qui m’a traversé l’esprit c’était mais qu’en est-il de l’éducation des filles ? vont-elles perdre une année de leur vie ? La réponse était tout simplement non ! On fait du home-schooling m’ont t’ils répondu. Et parfois je sortais, je les voyais au bord de la piscine les filles faire leur devoir, le père qui explique une leçon de math avec l’une tandis que la mère explique une autre leçon à l’autre. Et les filles a travers leurs voyages, on apprit à être plus reconnaissante de ce qu’elles avaient, d’avoir droit à une éducation, un toit, des vêtements, des choses que tout le monde prend pour acquises ou certaines personnes n’ont pas, et en rêve ! Parce qu’au Cambodge, c’est un pays relativement pauvre où les enfants n’ont pas tous droit a une scolarisation puisqu’ils doivent aider leurs familles. Et donc cette famille parfois allée dans des centres pour faire du volontariat pour enseigner l’anglais à des enfants, en échange d’un sourire, et on m’ a proposé de les accompagner, et bien sûr j’ai accepté avec joie. Voici une des raisons par exemple d’un voyage alone. C’est de rencontrer des gens mais tellement différents de notre culture, qui te parle de leur vécu, qui te font réfléchir et sortir de ta bulle fermé. Je leur suis vraiment reconnaissante, parce que sans eux, je n’aurais pas eu l’idée de visiter un endroit pour être volontaire à enseigner une langue. Et encore une fois tu réalises que oui il faut visiter les monuments, savourer la gastronomie locale, acheter des souvenirs, mais faire du bien, et impacter au moins une personne pourquoi pas ! C’est une des prises de conscience que j’ai réalisé que malheureusement je n’avais pas auparavant. Ou bien aller faire du yoga dans un centre et découvrir que celle qui fait du yoga est une suédoise, qui te dit qu’elle a habitait pendant X année en Thaïlande, qui vit dans une petite ville perdue au Cambodge avec un salaire minium en étant yoga coach. Et tu lui dis mais comment tu as quitté ton pays ? Pas n’importe lequel. La Suède où ils ont tout !Ou tout le monde rêve d’y aller. Les droits, la sécurité, la santé bref la liste est infinie. Pour être un yoga coach dans un pays en voie de développement. La Marocaine que je suis, ceci me dépasser largement. J’ai toujours cru que les gens voyagent/migrent pour être dans des situations meilleures. Mais apparemment je me trompe… it makes you wonder. Et en lui parlant je lui disais que je la trouvais extraordinaire, que je suis vraiment impressionné par ce qu’elle vit, de son courage et elle me dit mais attend je pense de même de toi. Tu es une Marocaine qui travaille à Tokyo. J’étais la oui certes mais toi c’est encore plus impressionnant et je le pensais sincèrement. Et puis j’ai juste réalisé, je crois on est impressionné par ce qu’on n’a pas, ce qu’on oserait pas faire or les autres qui eux-mêmes peuvent être impressionnés par certains de nos exploits que nous on considère juste banale. Je pense on doit se donner plus de crédit.

Donc voilà ce que c’est voyager alone, c’est une interaction avec son entourage, une approche, des rencontres, suivre les rythmes de tes envies, et faire ce que bon te semble sans compromis. Un voyage en famille, ami, seule, chacun a son charme. Mais si une opportunité se présente à toi, saisit là et tu sais jamais qui tu vas rencontrer, ni à quel point ta perception peut changer juste en croisant certaines personnes dans ton trajet, et une bouffe d’air frai pour affronter la routine qui t’attend ne peut faire du mal 😉

Oui, moi, jeune femme, j’ai décidé de voyager alone

Le voyage est le meilleur moyen de se perdre et de se retrouver en même temps dit t’on

Je sais pas pour vous, mais personnellement, sa ma prit une longue période pour avoir enfin prit mon courage à deux main et d’oser ce dont j’ai toujours désirée et (qui m’effraye à la fois): voyager seule.

Voyager seule, se retrouver avec soi, suivre son propre rythme et se faire plaisir. Oui j’ai envie. Mais en même temps cette éternelle question que je me demandais toujours. Ne vais-je pas m’ennuyer? Bavarde comme je suis, c’est un vrai challenge. Bizarrement ce dont moi j’ai le plus peur c’est pas à propos de ma sécurité, (si bien sûr) mais c’est plus la peur de se retrouver seule, avec soi-même. Est-ce normal? D’avoir peur de se retrouver avec soi? Ne devrons nous pas nous retrouver plus souvent seule et se poser toute les questions existentielles?

Voyager c’est partir à la découverte de l’autre. Et le premier inconnu à découvrir, c’est vous. Olivier Follmi

J’ai rencontré plusieurs femmes durant mon séjours au Japon qui voyage seule, a qui je pose toujours la même question: comment est-ce de voyager seule? Et je les regarde avec émerveillement. Quelque chose que j’ai jamais osée faire… jusqu’à avant hier: j’ai payé mon billet d’avion aller-retour au Cambodge ! Seule !! Même moi j’arrive pas y croire. Je pense que je suis en train de me surpassée. Faut savoir qu’après une longue période de doute et de questionnement, j’ai pris mon billet à 6h30 du matin en mangeant mon breakfast et avant d’aller au boulot. Quelle mouche m’a piqué? Je sais pas, je savais qu’il fallait faire un terme, et que le meilleur moyen était d’acheter un billet d’avion comme ça pas de retour en arrière. (Je savais qu’une fois que j’aurais payé, safi je pourrais plus me trouver des excuses du genre oh je veux y aller mais c’est pas la bonne saison, oh les billets sont devenus chers).

Bref je vais voyager alone. Un sentiment de fierté et de surdépassement mélanger avec un peu de peur et de questionnement. Mais comme on dit parfois on a besoin de faire un off. Ce dont je rêve c’est d’aller et me réveiller à 5 h du mat (pas très glamour pour des vac je vous l’accorde) et de faire du yoga avec les monk. C’est certes un voyage mais je pense avant tout c’est un voyage au sein de soi-même. Un voyage pour mieux se retrouver. Dites moi que c’est normale d’avoir des questions qui nous traversent l’esprit, avec toute les normes de la société et des expectations de tout le monde, tout le monde attend quelque chose de nous. Parfois on a juste besoin de faire un off, se ressourcer et se retrouver avec soi meme avant tout!

Mont Takao, Japan

Pour savoir plus ce que j’ai appris de mon voyage, cliquez ici

Philippines islands… When love, beauty, and peace all settled in one place

Cette fois-ci on met le cap vers une nouvelle destination: les Philippine ! Petite info, les Philippines ont été nommés par un explorateur espagnols a l’honneur de Philippe II d’Espagne. Rappelons que les Philippine ont été colonise pendant 300 ans par les Espagnols et 50 ans par les Américains puis par des Japonais… Ne vous inquiétez pas, on parlera pas d’histoire, pour les curieu(se/x), checker le website de wiki . Si je mentionne tout ceci, c’est pour partager ma surprise, le peuple ne parle pas du tout espagnols, ils parlent leur langues locales et leur deuxième langues est: l’anglais ! Les gens ne parlent pas espagnoles du tout! surprenant non? Je me dis 300 ans balayées comme si cela n’a jamais existé ! Bref =D

Philippines ! Je sais pas pour vous, mais pour moi ça sonne assez exotique ! Ça sonne pas aussi tendance comme les Maldives, Bora Bora mais je crois que chaque pays a son charme et sa particularité, sa gastronomie … Et aussi est ce qu’on préfère les spots connus ou des endroits peu touristique. Sa reste un choix personnel. Mais disons, pour moi, j’avais envie d’une petite escapade, plus dans une île isolée que dans une ville de gratte-ciel. Question de se ressourcer, de se retrouver avec soi-même, de faire un vide ! Résultat Manila (la capital de Philippines) n’a pas été retenue lors de la sélection des endroits à visiter à cause de notre short visite.( On a quand même passer une journée/une nuit et franchement c’est une ville qui mérite d’être visitée! ).

Apres quelque recherche par internet, Cebu était LA destination. Je me suis rappeler d’une amie Filipino pour avoir son avis, recommandation, et là elle me demande si j’étais plus dans le mood de faire des circuits touristiques ou locales. La question ne se posée pas, et la elle me parle de Bantayan island, son île préférer elle qui est de Cebu. Apres quelque clicks et recherche. Une nouvelle obsession envahissait mon esprit… être à Bantayan, devant l’eau turquoise transparente, le sable blanc, le cocotier. Oui digne d’une carte postale! Une petite île isole, qu’on allait voyager pour l’atteindre. Aller aux Philippines c’est loin, mais aller a Bantayan sa l’ai encore plus. Je m’explique ! Un vol pour atteindre Manila (pour moi Tokyo-Manila c’est 4h50) mais pour Manila to Bantayan c’est presque la même chose dans des conditions différentes !

Arrivée au crépuscule à Cebu

Un vol pour Manila à Cebu 1h10 puis un bus de presque 4 heures pour aller au Sud de l’île puis un bateau de 1h et quelque pour atteindre Bantayan. Imaginez l’enchaînement ! Mais une fois que les valises posées, la fatigue, l’insomnie tout s’évapore comme par magie devant la beauté du spectacle qui se présente devant nous ! Même si on le voit toujours dans les films, photo, y être, c’est un sentiment différent, et même si on avait vu les photos avant d’y être. Que c’est identique, n’empêche on a l’impression de découvrir, de voir pour la première fois.

Loto? Non ! Le ticket de bus…
  • Basically day one c’est voyage, un petit tours dans les environnement pour manger et être familier avec le “secteur” et repos tant mérite ! Et programmation pour la journée du lendemain qui ne sera pas de repos !
Un repas super délicieux !
Apres un ventre remplie quoi de meilleur que de faire une sieste sous les palmiers avec le son des vagues
  • Day two commence avec un réveil super tôt pour voir le lever de soleil ! C’est d’une beauté époustouflante et je regrette pas mon réveil à 5h pour une personne sleepy comme je suis.
The beach dog

Mais j’étais pas seule ! Un joli petit chien dormais déjà à la belle étoile.

Regardez bien la photo, n’est t’il pas mignon?

A bientôt pour la suite de l’Adventure à Bentayane^^

Sakura is back !

In Japan, mid-March to April, it’s Sakura さくら (in English as well known as cherry blossom)! Its well known because the world just become pink! It’s wonderful. But all wonderful things don’t last long unfortunately. Usually sakura stays for one, two and even tree weeks but sometimes when its windy or raining it doesn’t stays long.

As the weather is neither hot nor cold, (it’s spring after all !) and pinkie flowers are blooming all over, Japanese people have a custom called “hanami” 花見. Hana is the word for flower (花) and mi (見) it stands for see. So as it’s named, watching flowers or in other words, picnics.

Usually in parcs, people are sitting, kids are playing, people eating or just gathering, others walking around. It’s just amazing and relaxing!

Sakura is one of the best season, and every (lets say most) of Japanese people will just talk about it for weeks, if you have done the hanami and so one.

For this unique short period of the year, the whole society change, not only the tree. The decoration of shops is getting pinkie, cafés also get special tea/coffea and sweet of Sakura’s flavour (not the whole year just this season).

Looks tasty right… Well if you want to schedule a trip to Japan, the best season is Sakura, around March-April and let’s enjoy the Hanami ^^

Valeurs Japonaises kudasai

Les stéréotypes classiques sur les Japonais c’est d’être workohalic, de travailler h/24 (rumeurs qui s’avère être vrai). Mais peut importe ce qu’on leur reproche, c’est des gens bien. Bien sûr, il y a toujours bien et des gens un peu moins dans une nation, mais dans l’ensemble c’est des gens bien. Je m’explique, la politesse, au sens propre du terme, qui consiste à dire bonjour, bonsoir, si vous plait, excusez-moi, et puis et puis, ils ont un « temps » pour les verbes pour la politesse (en français il y a le présent, future… en japonais il y a un temps pour la politesse) lorsqu’on s’adresse à vous. Ainsi en français il suffit d’ajouter « s’il vous plais, je vous en prie » suivit di verbe ou précéder et le tour est jouer. En japonais non, la structure du verbe change complètement. Par exemple « mangez s’il vous plait » (le verbe est taberu) sa devient « tabete kudasai » (sa montre la complexité « richesse » de la langue).

Puis s’ajoute à la liste la patience. En effet, tout le monde attend son tour tranquillement, sans demander à la personne en face de se dépêcher en grognant ou de klaxonner (maintenant que j’y pense j’ai dû entendre deux trois fois le klaxon en trois ans). C’est le pays de la ponctualité ou le train n’a jamais une minute de retard (le nombre de fois ou le train n’était pas à l’heure se compte sur les doigts d’une main mais généralement c’est due aux catastrophes naturelles extrêmes comme le Typhon, séismes…). Le respect de l’heure n’est pas de venir à l’heure mais de venir avant l’heure par exemple lorsque le travail commence a 9h00, les gens viennent au minimum a 9h45 si ce n’est pas avant, pour s’installer, allumer l’ordinateur, discuter à droite à gauche parce que 9h00, le travail commence. Inutile de faire la comparaison avec notre pays right ? Mais ce qui était bizarre pour moi et qui l’es toujours, c’est comment ces gens qui sont toujours à l’avance et super à cheval sur l’heure, peuvent t’ils être aussi « patient », parce que parfois devant des café ou restaurant il y a des files d’attentes (longues !). Moi par exemple si je veux un verre de café et que je vois qu’il n’y a pas de place, je décide d’aller dans un autre café, mais ici non. Les gens sont assez patients, même dans la conduite, il y a des panneaux de pas dépasser 40km à l’heure. Sa me choque. Tout le monde roule tranquille, le feu rouge tourne au vert, pas de klaxon, je n’aie jamais vu d’accident (sa veut pas dire qu’il n’y en a pas, juste très peu). Et je me dis quel est le secret ! Pourquoi nous on n’est jamais à l’heure et on roule comme des fous et on court toujours dans tout les sens, or ici, les gens sont plus relax et toujours ponctuelles. La réponse est… ils sont toujours à l’avance et ce n’est pas à la minute 59 qu’ils vont s’y mettre. J’essaye de m’y mettre aussi, mais ce n’est pas aussi évident de changer ses mauvaises habitudes, je suis toujours à l’heure, mais de justesse juste 2 min avant l’heure.

Je ne vous l’apprendrai pas, je le savais avant de me venir ici, mais les gens sont souriants, gentils et s’excusent beaucoup. Mais ce qu’on ne dit pas aussi, c’est que quelqu’un qui ne vous connait pas, que si vous lui souriez (que ça soit enfant, femme ou homme de tout âge confondu) ne rendra pas votre sourire. De la ou je viens, si je regarde quelque part et que mon regard croise quelqu’un je fais un mini sourire (sincère bien sûr) et la personne me le rend. C’était bizarre j’avoue la première fois dans le train que cela m’est arrivé, j’ai souri à une personne et la personne en question a continué à m’observer et ne pas me rendre mon sourire. Ils sont souriants lorsque vous êtes le client, le patient, l’inviter bref vous voyez. La politesse est un fait, personne ne peut le niez, ils ont l’art des bonnes manières, comme jamais vous dire non pour ne pas vous offenser mais vous on vous le fera comprendre. Ceci nécessitera un autre article rien que pour cela tellement c’est vaste et divers.

On nous apprend toujours que le client est roi, mais je n’ai compris cela véritablement que lors de mon séjour au Japon. J’ai été dans divers endroits, pays, ou les gens te servent certes avec le sourire mais là c’est un niveau de plus. La courtoisie, dès qu’on s’assoit dans un café/restaurant luxueux au petit café au milieu de nulle part, on vous sert toujours de l’eau avec des glaçons et une serviette dans un plastique (usage unique) soit chaude ou froide (en fonction de la saison). Et tout cela avant même de commander quoi que se soit.

Ceci est une maquette mais tel qu’il y est, il vous sera servit

Ce qui est intéressant c’est qu’avant de manger, à l’entrée de la boutique il y a des plats en cire je crois ou dans le menu il y a des photos du plat et c’est exactement comme dans la photo ou dans l’échantillon qu’on a vu dans la vitrine tel que votre plat sera. C’est amazing!. Par contre dans certains pays dont inutile de citer les noms, entre la photo et la réalité, il y a aucun lien, à part les ingrédients et encore ! Tout en sachant qu’au moment où on entre, tout le staff dit « irasshaimase » en d’autre terme « bienvenu » et une fois à la caisse pour payer le fameux «arigatou gozaimashita » bien en entendu «merci ». Ce n’est pas juste le/la serveur mais c’est tout le staff. Tu te sens même gênée et limite si je n’ai pas envie de leur dire non non c’est moi qui vous remercie pour cet accueil, ce plat, ce service. Et comme on a cité dans l’article précédent, tout cela sans pourboire ! La culture du client est roi, ce n’est pas uniquement dans les boutiques, café/restaurants mais c’est tout une culture même niveau entreprise-entreprise. Après tout ce n’est pas eux qui ont comme citation okyakusama wa kamisama desu qui veut dire le client a toujours raison. Parlant d’entreprises, à part que le okyakusama (client) doit être satisfait, le CEO/patron de chaque entreprise vers le début de l’an fait une tournée et visite les CEO des entreprises clientes pour les remercier de leur confiance. Bien sûr ainsi chacun reçoit et se déplace (puisque chaque société achète des services d’une autre société et en vend à une autre).

J’avais l’habitude de marcher dans des endroits bondés et de faire attention à mon sac, poche, lorsque je marche dans une rue vide, mes cinq sens se réveillent et sont en mode alerte, dès que j’entends des pas, je marche plus vite sans me retourner, bref… Le pire c’est que c’était inconsciemment ! La cerise sur le gâteau c’est quand votre entourage/media parle d’une agression, c’est constant, la peur psychique vous accompagne jusqu’à ce que vous soyez incapable de marcher seul dans la rue. Mon amie avait reçu un téléphone de dernier modèle et tellement elle y tenait, que lorsqu’elle sortait elle prenait un vieux téléphone et on l’a taquiné en lui demandant si son new téléphone était fixe ou mobile vu qu’elle ne le sortait jamais. Ceci vous laisse deviné l’état d’esprit et de sécurité que nous vivons. Ici, personne pour te parler, personne à te suivre ou à t’embêter. Marcher seule à 5h du matin, oui sa m’est arrivée ! Une jeune nana avec une valise à marcher seule et ce qui est intéressant c’est que j’ai aucune crainte et je me sens en toute sécurité. Des amis qui vont aller faire du vélo à 3h du matin. C’est un sentiment unique. Comment cela est possible ? Parce que la sécurité est installée. Pourtant je vois rarement les policiers. La sécurité, oh la sécurité ! Combien de fois je vais au supermarché en rentrant de l’université et je laisse dans le panier de mon vélo mon cartable avec mon pc et chargeur dedans parce que voilà c’est lourd et sa m’évitera de tout porter. Parlant de supermarché, je fais mes courses et je fais pas attentions à la date d’expiration, ou lorsqu’on me rend ma monnaie je sais que c’est exact et que la vendeuse/vendeur n’aura pas fait « d’erreur ». Parce que ici, la confiance règne et les gens sont honnêtes et puis chacun fait bien son travail et n’a pas à soucier de l’autre parce qu’il est sûr qu’il le fait bien aussi.

Parlons de change, il y a quelque chose s’unique, c’est lorsqu’on te rend la monnaie, que ça soit dans un supermarché, boutique ou un petit café local, on commence toujours par vous rendre les billets puis les pièces. Jusque-là rien d’extraordinaire je vous l’accorde mais lorsque vous tendez un billet au caissier/caissière il (elle) dit à haute voix combien vous leur avait remis puis avant de vous les remettre la monnaie restante, il/elle compte devant vous les billets à haute voix (ichi, ni, san (un, deux, trois ainsi de suite)) puis vous les remets. Ce n’est pas grande chose certes, mais je trouve que c’est pratique et transparent, d’un côté vous n’avez pas à recompter si c’est correct et eux, sa les protègent si vous réclamez par la suite que votre monnaie n’est pas correcte.

Y’en aura bientôt d’autre articles coming

Il était une fois, Kobe port, le ticket d’entrée pour les étrangers au Japon

(Un peu d’histoire,

En 1858 le traité d’amitié et de commerce a permit d’ouvrir le port d’Hyogo aux étrangers. (Rappelons que Kobe est la capitale de la préfecture Hyogo et que le Japon était super fermé à lui-même). Dans les années 1970, le port se vantait d’avoir traité le plus grand nombre de conteneurs au monde. C’était le port à conteneurs le plus occupé au monde de 1973 à 1978.

En 1995 Kobe a été touché par le grand séisme Hanshin-Awaji qui a tué plus de 5000personnes et qui a ravagés la ville en détruisant des dizaines de milliers d’immeubles). Ce tremblement de terre a réduit l’essentiel de l’importance de la ville portuaire en détruisant et en arrêtant la plupart des installations et services, causant environ 10 000 milliards de yen de dégâts, soit 2,5% du PIB japonais à l’époque. Avant le tremblement de terre, Kobe était l’un des ports les plus fréquentés au monde, mais malgré les réparations et la reconstruction, il n’a jamais retrouvé son statut de principal port de commerce du Japon. Il reste aujourd’hui le quatrième port à conteneurs du Japon. )

Malgré que son économie qui a chutée, Kobe port reste un endroit doté d’un charme unique.

On l’appelle Kobe port, mais ce n’est pas l’image classique ou il y a du port, poissons, gros bateaux. Certes il y a des bateaux mais des Cruise, en d’autres termes le genre de bateaux qui fait un tour avec ou pas des festivités à l’intérieur.

De plus il y a de nombreuses activités qui sont open space pour tout public ;

  •  Meriken Park, on l’appelle ainsi puisqu’il est à proximité de l’hôtel Meriken cinq étoile qui est lui-même sous forme de bateau. Ce joli parc est couvert de pelouses et parfois des expositions d’art moderne ou des évènements y sont organisés là-bas.
  • Kobe Port Tower, la tour qui une fois à l’intérieur permet d’avoir une vue complète sur Kobe, de la montagne, mer et aux alentours. Il y a même à l’intérieur un café en rotation, qui tourne (d’une vitesse peut remarquable mais qui tourne sans en donner l’impression ni le tournis) ainsi tout en buvant son café ou dégustant son plat, la vue devant soit vari en 360 degré progressivement
  • Harboland, offre un grand choix de boutiques, restaurants, cafés et autres lieux de divertissement qui, combinés à l’ambiance romantique du soir. Le complexe commercial le plus important de Kobe Harborland est Umie (un centre commercial ou mall composé de trois parties : Mosaic, South Mall et North Mall).

L’une des rues principales qui traverse le centre de Kobe Harborland, la rue Gaslight, est illuminée le soir par des lampadaires à gaz à l’ancienne et des lampes électriques.

Ce qui n’augmente que son charme.

Pour moi, c’est de loin mon endroit préféré à Kobe.

Et c’est un lieu incontournable à Kobe. Donc si vous avez une opportunité de faire un petit saut à Kobe, Kobe port est un MUST!

To Okinawa babe

December 2017, winter holiday, it’s not cold but its pretty frozen out there… what to do? cup of hot tea or chocolate and movie in bed? sounds awesome. But tomorrow.. direction to Okinawa with my crazy friends. If you are in Kansai area like us, direction to Osaka International aéroport (Itami or KIX depending on the flight). There is many flight company connecting Kansai and Okinawa. But as a student, we focus on the low cost ones. There are two famous,Jetstar and Peach. We are a group of five. Two are using Peach and three are using Peach. So no jealousy.  The truth is, with Jetstar with this period of time that we selected was cheaper, but for the payment you should use credit card. For Peach, they have option to pay also either by credit card or in a convenient store. Those companies are also connecting different prefectures and also offer international flight you can check the links.

Our flight was pretty early around 9:30, and it takes 70min by the shuttle bus to reach from Sannomiya to Kansai aeroport. You can check on that link all the shuttle bus information for prices and timetable.Plus you should be there one hour in advance in case of. The meeting time was 6:00. Its only for the travel that I could wake up early with a big smile and not being grumpy.

26060921_1505051936252436_2088454085_o

[At the dawn time, the view of the port is just breathtaking !]

I think in December is the best timing to visit Okinawa. First it is not cold as in the rest of Japan. Second it is pretty quiet and not really to peak season. The prices for hotel and flight were pretty abordable. In summer, it is pretty humid and a loot of typhoons. So I think December is the good season to enjoy the summer and be a little bit warm while the rest, the more you go to the north, the more is getting crazy (Hokkaido in December? Not for me !)

26056907_10160045065095647_1957700266_n

Almost 2h30 from Osaka to Naha. The weather is really different. We are welcomed by a shinning sun. God!I missed that!

In the tourist information, do not hesitated to ask question about the touristic/cultural spot to do during your stay. The staff is very friendly and speak fluently English. They explained us how to reach our hotel and what is the closest train station to drop off.

We saw a pretty interesting poster :a bus tour during one day to visit the big spot for 3800¥ per adult! But you should reserve one day before. For more information, check this picture and you can just call for further details.

Direction to the hotel, and let’s start the discovery ^^

 

 

J+1 au Pays du Soleil Levant

My first day in Tokyo and impression about Nippon culture ^^

Taratatatataa je suis au Japon, qui l’aurait cru !! (Pas moi en tout cas)

Après un 3h de vol Casablanca-Paris et deux heures d’escale à Charles de Gaulle, 11h de vol de Paris-Tokyo me voici enfin !

Première impression, il faiit jour, premier choc le décalage horaire ! (Plus 8h)

Dès qu’on arrive à la douane dans Narita aéroport, on nous fait sur place la carte de séjour, je n’en croyais pas mes yeux ! il suffisait juste te faire des empreintes, remettre le passeport et hop ! Y a pas de complication, des aller retours, de la paperasse.. Non noon easy =D

Faut aussi dire que moi je viens dans un cadre scolaire (je serai la pendant 2 ans dans le cadre de mon master). Deuxième surprise, les fameuses toilettes japonaises ! (Pas très glamour comme sujet de discussion mais c vraiment spéciale). Alors les toilettes japonaises c’est quoi? Des toilettes certes normales MAIS avec « des options », genre option music, pour pas que les autres entendent des bruits qui peuvent être désagréables, lavage intégral enfin bref vous avez une idée. Et une fois qu’on arrive à l’aéroport, les bagages nous attendent already, c’est pas nous qui attendons les bagages noo noo à peine on passe la douane qu’ils y sont déjà!

La propreté, ponctualité c’est synonyme de japonais donc n’en parlons pas. Durant tout le trajet de Narita à Tokyo, la verdure était à son rendez-vous. On ne peut que rester ébahi devant sa fenêtre. Personne ne double, pas de klaxon, et surtout, ils conduisent à droite (sa fait un peu bizarre mais bon c’est le système anglo-saxonne !). Continue reading “J+1 au Pays du Soleil Levant”