Culture Choc : Maroc vs Japon

On m’avait bien préparé psychiquement  que le Japon était trèès très différents du Maroc, que sa soit historiquement, culturellement, fashion, gastronomiquement et j’en passe. Je pensais être armé pour faire face a ce changement… Mais apparemment non :

1- Au Japon, aider est un must 

(Une petite anecdote qui m’est arrivé… mon premier choc culturel)

J’étais dans Shinjuku et je devais me rendre à Shibuya

capture

Certains vont croire que je vais parlé due la complexité du système de train à Tokyo, que je m’étais perdu vu le nombre de correspondance. Figurez vous que c’est même pas ceci ! J’étais arrivé à destination, sauf que, je savais pas comment sortir (je dois écrire un article sur les station de train au Japon car c’est plus grand et complexe qu’un aéroport). Oui c’est sa, j’étais dans la bonne station, je savais pas ou ni comment sortir. J’ai commencer à suivre la rencarde d’exit, après 15 min je me retrouve à la case de départ. Je me suis dit, j’ai du rater quelque chose et je recommence. Et encore case de départ. Je vous laisse imaginer le sentiment d’être tout seul dans un monde nouveau de étranger, ou tout est écrit dans une langue différente, et comme c’est la première semaine pas de 3G !J’avais juste envie de pleurer mais pleurer ne résolu pas le problème alors j’ai prie mon courage à deux main et autant qu’une vrai marocaine, faut demander ! Je demande par ou sortir pour aller à Hachiko (sculpture du chien super connu ; je vous recommande de voir le film).Cette sculpture est devant l’entrée de station Shibuya que je connais. La première personne ne comprend pas, s’arrête et appel une deuxième personne.Cette personne aussi s’arrête et appel une autre personne…Moi je regardais un petit groupe de personne se formait devant moi. Sa me rendais mal à l’aise toute ces personnes en face de moi. Apres 6 personne , enfin UNE personne parlait anglais et m’a indiqué par ou passer pour arriver à Hachiko. J’avais mal vécu cette expérience. Je comprenais pas pourquoi ils sont resté la alors qu’ils ne comprenait pas l’anglais. Dans ma tete c’était okay dégager dégager.  Au Maroc, quand on demande son trajet et que cette personne ne sait pas, elle s’excuse et on demande à quelqu’un d’autre. Quand j’ai fait part de ma mésaventure. On m’a expliquer qu’au Japon, si tu demande l’aide à quelque, cette personne ne dois pas partir jusqu’à ce que ton problème soit résolu. Que c’est leur mission! Sa ma choqué et ému en même temps ! Rappelons que cette une station ou tout le monde court, le soir, que ces gens qui sont resté ont du rater leur train. C’est just waow !

2- Pas de pourboire !
capture

Le proverbe qui dit “le client est roi“, je ne l’avais jamais préssenti avant jusqu’à ce que j’arrive au Japon. Ou tu va, on t’acceuil avec un sourire,  t’accompagne dans ta table et on t’apporte un verre d’eau avec glaçon. Il y a pas de serveur qui reste debout à te stresser ou que tu dois appeler pendant une heure pour que tu attire son attention… Ici des que tu a fait ton choix, tu clique sur une petite sonnerie et il vient illico. Un service parfait ! et autant que marocain, pour un bon service, on laisse un petit pourboire. Sauf qu’ici, donner un pourboire est considéré comme une insulte. On m’a dit pourquoi un pourboire? C’est le job ! Et  ce qui est encore plus extraordinaire ici, c’est que personne ne plait, tout le monde travaille avec le sourire. Personne ne se plaint ou dit, “khlass, on me surcharge pour 2 francs”. Quelque soit leur salaire et position, tout le monde bosse sérieusement, et sourire ! Sa m’étonne pas vu ou ils sont arrivé aujourd’hui (parmi les 3 puissance mondial) et dire que moins de 60ans, le Japon était en ruine, endetté  et ne possédé rien.

3- Bow : Signe de respect !

Ou tu vas, les gens se rabaissent. Au début tu a envie de leur dire, enfin voyons pas la peine, non non. Alors qu’en faite c’est pour différente raisons.

Par exemple, nous au Maroc, lorsqu’on rencontre une nouvelle personne que sa soit professionnellement ou amicalement, en général, on serre la main. Ici au Japon, ils sont pas c très contact physique mais plutôt bowing.                                                                                         Comme on peut voir dans cette photo ci dessous, il existe différents manières ou angle plutôt to bow :

Capture.JPG

  •  A 15 degrés, en général c’est pour les salutations. (Semi formelle).
  • A 30 degrés, c’est plutôt pour montrer le respect à ton supérieur. Cadre travail par exemple (Formel).
  • A 45 degré, c’est pour s’excuser et plus de respect (très formelle).

 

Faut rappeler, au restaurant, rencontre, lieu public, bonjour/revoir tout le monde bow ! C’est un signe de respect et de confiance. C’est impressionnant ! Mais c’est aussi impoli de pas le retourner ou de mal s’incliner !

4- Propreté !

Le Japon est super méga propre et c’est pas moi qui va vous l’apprendre.

capture

Cependant ce qui est encore plus extraordinaire, c’est qu’il n’y a pas de poubelle public ! Comment est-ce possible ? Me suis-je demandé. Lors de ma première semaine à Tokyo, j’avais acheté je ne sais plus quoi et une fois consommé, je voulais jeter le paquet. En marchant avec mes amis, je ne faisais que le guet des poubelles ! Je les chercher du regard. Je m’attendais à trouver des poubelles de recyclage, genre pour le plastic c’est celle-ci, pour papier/cartons cella… Enfin bref. Sauf que …Rien du tout. Un certain moment je demande ou je peux trouver une poubelle, rappelons que je tiens toujours dans la main mon sachet plastique. Et puis on me dit, ah non non au Japon, il n’y a pas de poubelles publiques, quand on veut jeter quelque chose, on garde le déchet et on le met dans son sac et une fois à la maison, on jette à la poubelle. Fallait voir ma tête ! Et puis j’ai pensé à chez moi, au Maroc, ou à chaque mètre il y a une poubelle et pourtant la rue est plus ou moins sale et on se dit “oooh il n’y a pas assez de poubelles et c’est pas pratique d’aller jusqu’à là-bas pour jeter à la poubelle plus tout le monde jette par terre pourquoi pas moi blablabla”. Il sera temps de nous remettre en cause au lieu de blâmer la société !

5- Sens de conduite

Au Maroc on est des droitiers. Donc par défaut le sens de la circulation est à droite ! (Je plaisante. Je sais que ça n’a rien à avoir). Le Japon fait parmi des rares pays ou la conduite est à gauche (donc le volant à droite).

Japan vs MarocCapture

J’avoue n’être toujours pas habitué surtout lorsque je conduis mon vélo, en pédalant je vois toujours les voitures arrivées en face et non pas dans le même sens que mois. A ce rythme le jour où je m’y habituerai il sera temps de rentrer au Maroc et même scénario se produira.                                                                                                                                                                En parlant des routes, je voudrais savoir ce que vous pensez de cette photo :

téléchargement

Non non ce n’est pas une autoroute à cinq voies. C’est un boulevard à Osaka (même pas le plus grand !) je vous laisse imaginer comment sont leurs autoroutes !
Un petit clin d’œil à tout ceux et celle qui restent pendant des heures dans les embouteillages mainichi (tout les jours en japonais) ^^

Morocco to Jaapan !

An opportunity to go to live in Japan for two years? Should I take it or not? Excited but nervous as well ^^

Aout, toujours indécise… allER au Japon ou pas… Je rappel… j’ai été accepté dans un Master auquel j’avais postulé juste comme ça, sans vraiment y croire que je serai retenu.
Ma meilleure copine était venu de France me rendre visite et c’était mode sac à dos le tour du Maroc (on est allé de Tanger à Agadir en passant par Tétouan, Chefchaouen, Fès, Rabat, Casa, Marrakech, Essaouira).

13782008_10157401877635647_4508835863404100349_n

Deux nanas en mode sac à dos et voyage, ceci ne plaisait pas tellement à mes parents, ne faisait pas parti des “traditions” mais bon, ils ont quand même accepté après plusieurs promesses et condition règle numéro 1 : dormir dans des endroits sécurisés, dans des hôtels hors des questions que ça soit des résidences ou je sais pas quoi. (On voulait se la joué mode routard, aventurière mais bon).
Quelle pipelette je suis, j’oublie le sujet principal, so ma mère n’arrêter pas de m’appeler pour mettre fin à mon tour du Maroc et de décider surtout si je devais aller au Japon ou pas. Car j’avais un billet d’avion pour le 03 septembre et que si c’était à annuler sa devait faire le plut tôt possible ou surtout boucler la valise !
Mi-aout, allé ou pas y aller. J’étais indécise et mon entourage l’était encore plus. Les avis divergeaient les uns des autres. Entre ceux qui me conseillé de me lancer dans un plan professionnel, de commencer à bosser dans une bonne entreprise afin d’avoir de l’expérience, de commencer à fonder une famille et ceux qui, de l’autre coté, me disait que  j’avais toute la vie devant moi pour bosser, que des opportunités ne venaient qu’une fois dans la vie et que si je ne sauté pas dessus, je passerai le restant de mes jours a regretté. Je vous laisse deviné les propos de la famille et de mes amis. Mais ce qui m’a vraiment poussé, c’est ma tante qui m’a dit, Pourquoi tu ne vas pas y aller et voir comment c’est ? Si tu kiffe tant mieux, si tu n’aimes pas, rentre ! Papa était aussi de cet avis, après tout ça sera de l’aventure et découvrir le Japon! Certains d’entre vous qui me lisent, vont me juger et me traiter d’indécise et comment je n’ai pas pas sauté sur cette opportunité les yeux fermés ! Honnêtement, j’avais peur ! Peur de laissé derrière moi ma famille et mon entourage et d’être toute seule là-bas. Un pays loin a des milliers de km (la plus courte distance est de 1,660km). Je n’aurai donc pas le luxe de venir quand bon me semblerai ou que je ne trouverai des bons deals comme le font mes amis d’Europe. J’avais aussi peur que les études là-bas soit dure et que je n’arrive pas à suivre le rythme ! J’ai un cousin éloigné qui étudiait dans une école américaine qui est parti ensuite en Malaisie et qu’au bout de 6 mois il est rentré il n’a pas pu suivre le rythme. Je ne voulais pas à avoir « honte », de décevoir mon entourage. J’ai assemblé mon courage à deux main et je me suis dit, let’s do it !

     Et puis autant qu’une pure marocaine, avoir le don de tout faire à la dernière minute, c’est courir partout, vouloir acheter sa et sa. Faire des listes et j’en passe. Deux semaines super speed, acheter lkhlii3 et des petits sablés, zite baldia (le sac des marocains est rempli que de bouffe ! Comme si à l’étranger il n’y en avait pas. Ma tante va chaque année au Omra et chaque année, elle nous raconte des anecdotes qui se sont passé là-bas, genre des marocains qui sont parti avec elles et qui ont emmener des oignions pour faire du Tagine ! In case certain se disait wili wili elle a emmené sa avec elle, comme quoi il y a des gens pires que moi=D

   Puis une documentations rapide sur le Japon, comment dire merci « Arigato Gozaimase » ありがとうございます, bonjour «Ohayo » おはよう。

Si vous êtes intéressé par les conseils qu’emmener avec soi au Japon, checker ce lien.

Avec Air France, on est parti de Casablanca à Paris puis escale de deux heures puis Paris Tokyo (11h !) Oui oui 11h, on dort, on parle, on regarde des film, on mange, on marche… Et on n’est toujours pas arrivé !

Mais c’était sympathique après tout, manger un ice cream pendant que c’est la nuit et qu’on est au-dessus de la Russie, c’est quelque chose d’unique.

Capture

  Arrivé à Narita Airport le matin vers 8h alors que j’ai quitté Casablanca le matin. Le premier sentiment qu’on a, quand on a dépassé la douane, récupérer son bagage est tout, et qu’on marche dans la rue c’est : est-ce que j’ai voyagé ? C’est un drôle de sentiment, je n’avais pas le sentiment de voyager, c’est comme si je venais de quitter le Maroc (à cause du décalage horaire). Pour arranger mon sommeil, on en parle pas. Il m’a fallu plus d’une semaine pour y arrivé. Dormir et se réveiller au milieu de la nuit et qu’on a 0% envi de se recouché. Le décalage horaire ! +9h du Maroc ! Le jour et la nuit quoi !

Next article : la première journée à Tokyo !